Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/04/2017

Les trolls dans nos campagnes !

Parce que la campagne vole très très haut cette année, certains sortent des terrains battus. On sent que le système est vachement apprécié. En tout cas, c'est la première fois que je vois autant d'affiches de ce type. Cliquez sur les liens pour voir les images dans leur contexte (mais il y en a sûrement que vous avez déjà vu ; personnellement, j'ai croisé chacun de ces types d'affiches autour de chez moi ou de mon boulot).

Les trolls philosophes

Commençons par ceux qui se prennent au sérieux et espèrent (encore) faire réfléchir un peu les citoyens : appelons-les "éleuthériens" (du grec ancien, ἐλεύθερος eleutheros, signifiant "libre"), puisque c'est le hashtag qu'ils emploient. Pour l'instant je ne vois qu'eux dans le registre "contestataires sérieux", mais il y en a peut-être d'autres.

Eleuthère 1.jpg  Eleuthère 4.jpg

Eleuthère 2.jpg

Le troll opposant

Il y a ceux qui ne croient plus en personne, et encore moins en certains. Ceux-là ne collent pas pour un candidat, mais contre. Pour l'instant, je n'ai vu que des affiches symptômes de macronite (mais il y en a peut-être d'autres).

Macron L'héritier 2.jpg

Macron L'héritier 3.jpg  Macron L'héritier.jpg

Le troll comique

Et puis enfin ceux qui donnent l'air de ne plus y croire du tout au sérieux de cette campagne. Ce sont les trolls qui veulent montrer toute la crédibilité du système. Peut-être qu'il ne s'en rendent pas compte, mais si ces affiches parodiques ont eu autant de succès, c'est qu'elles touchent un point sensible. J'ai été non exhaustive, cette année, la campagne se trouve être une source d'inspiration inépuisable...

donald.jpg

Juste leblanc.jpg  Leodagan 2017.jpg   en nage.jpg

Tout ça pour vous dire que je vais aller remplir mon devoir dimanche dans la joie et la bonne humeur #youkaïdi.

10 scénarios d'après guerre en Syrie : le dernier va vous étonner !! #putaclick

Marmusa.pngPour aider la réflexion, j'ai rédigé dix scénarios d'après guerre en Syrie, classés en quatre catégories : les meilleurs, les médiocres, les mauvais et les pires, chaque catégorie comprenant un "plus réaliste" et un "moins réaliste". 
C'est plus ludique qu'académique : mais on tire des enseignements parfois plus justes du "jeu" que des grands débats d'idées.

Les meilleurs

 
Le plus réaliste
Assad gagne. Mais il accepte les enquêtes de l'ONU et se soumet à la justice internationale. Il est condamné, et l'enquête soulève la responsabilité de plusieurs généraux qui ont encouragé ou couvert des crimes de guerre. Une purge a lieu dans le gouvernement, tandis que des élections démocratiques plébiscitent un proche d'Assad qui était plus mesuré que les autres ; celui-ci ayant donné des gages aux lobbies pétroliers aux membres désintéressés de l'ONU, il compose un gouvernement qui reprend grosso modo le système libanais qui fait la part belle aux communautés. Et quand toutes les armes ont été déposées (hors celles de l'Etat et des instances internationales), quand toutes les factions sont neutralisées, quand toute suspicion de pression sur le peuple a disparu, quand la Constitution garantit que chaque communauté jouit des mêmes droits et devoirs, et au sein de chaque communauté chaque individu ; que rien ni personne ne pourra aller à l'encontre des droits de chaque communauté ou la léser de quelle que façon que ce soit, ni légalement, ni à l'issue d'un vote, ni suite à une décision de justice. Alors, le gouvernement organise des élections libres et la communauté internationale comme les Syriens en acceptent les résultats.
 
Le moins réaliste
On a la peau d'Assad, et il est condamné par un tribunal international dans le respect de la Justice. Des élections démocratiques sont organisées par les casques blancs, bleus ou toutes les couleurs de l'arc-en-ciel, et au lieu que la majorité vote pour bouffer les minorités au dîner (ce qui n'arrive de toutes façons jamais donc pourquoi s'en inquiéter), ils votent pour un opposant d'Assad non-violent (s'il en reste, parce qu'avec le temps ils sont peut-être tous devenus pro-Assad par la force des choses). Celui-ci, sous le contrôle de l'ONU, met en place un régime parfaitement démocratique. Toutes les libertés sont restaurées ou plutôt instaurées : liberté de la presse, liberté d'association, élections parlementaires libres (et personne n'en profite pour appeler aux armes, au meurtre ou à l'exclusion de telle ou telle communauté ; formidable), liberté religieuse (et personne ne s'offusque ou ne mène de vendetta quand le neveu se convertit à une autre religion ; merveilleux). La croissance atteint des sommets inégalés, c'est -à-dire au-delà des 8-9% d'avant-guerre, le pays baigne dans le lait et le miel et tous les réfugiés rentrent en chantant.
 

Les médiocres

 
Le plus réaliste
Assad gagne. Les enquêtes n'arrivent pas à prouver sa culpabilité de manière certaine, et ça s'enlise avec les années. La situation est de toutes façons telle que les syriens préfèrent tourner la page de la guerre et cherchent à reconstruire leurs quartiers plutôt qu'à démembrer l'Etat : c'était un tel bordel que tout le monde a hâte d'en finir. Au niveau international, Assad essaie de favoriser tout le monde (un petit gazoduc par-ci, un peu de pétrole par là...) et abreuve les médias de belles déclarations qui permettront de convaincre chaque bon peuple de chaque nation du monde "qu'on a eu raison et que tout est pour le mieux". On s'en sort avec une pirouette, Assad fait profil bas, allant jusqu'à accepter des tas de négociations, d'élections, un peu moins de surveillance, un peu plus de Facebook, de droits et de libertés. Histoire de montrer que c'est bon, il a compris la leçon. Mais pas trop quand même, hein, parce que si la liberté des uns s'arrête où commence celle des autres il va falloir imposer des règles très strictes. 
 
Le réaliste aussi
Après la guerre, Assad est condamné par un tribunal international, dans le respect de la Justice. C'est un peu moins réaliste que le précédent, parce que je vois mal Assad se laisser condamner. Des élections démocratiques sont organisées par les casques blancs, bleus ou toutes les couleurs de l'arc-en-ciel, et au lieu que la majorité vote pour écraser les minorités (on est d'accord, c'est peu probable de toutes façons), ils élisent un sunnite modéré à poigne qui va être capable de s'imposer à toute la bande de braillards rebelles, lesquels ont vachement envie de signer un chèque en blanc à leur nouveau président, quel qu'il soit. Le mec met en place un régime autoritaire dès que l'ONU a le dos tourné (avec la complicité des puissances occidentales qui comptent sur l'échiquier, parce qu'il aura bien géré certains petits deals). Dix ans plus tard, les syriens ont un régime autoritaire à tendance un peu dictatorial et pour eux, rien de changé sur le fond. Mais on a eu la peau d'Assad. N'était-ce pas ce qui comptait ?
 
Le moins réaliste
Une fois Daesh vaincu, la guerre reprend du souffle en Syrie. Excédés, une majorité de Syriens fait appel à la communauté internationale. Le pays est mis sous contrôle de l'ONU, séparé en zones (ou aux mains d'une seule puissance). Tribunal international, etc.. Les tentatives d'imposer un pion aux ordres ou d'instaurer un régime démocratique retombant comme un soufflé trop cuit, la présence internationale s'installe (ben oui, parce que ça se passe JAMAIS comme on l'espérait). La Syrie redevient progressivement un genre de protectorat, avec des zones plus ou moins indépendantes. Le retrait progressif des forces se passe à peu près comme en Irak, c'est-à-dire mal, jusqu'à ce qu'un monstre dans le style de Daesh (mais pas Daesh) pointe le bout de son nez, et une nouvelle guerre reprend avec cette fois Daesh - ce qu'il en reste - allié du camp du Bien parce qu'après tout c'est qu'on a fait avec Al Qaeda. Peu réaliste, dans le sens où Obama en a tellement chié avec l'Irak que Trump ne doit pas être super motivé à l'idée de repartir pour un tour.

Les mauvais

Le plus réaliste
Suite à une défaite et/ou démission d'Assad, des élections démocratiques sont organisées et la communauté majoritaire (les sunnites, à 75%) envoie la masse de député à l'assemblée. Dès que l'ONU a le dos tourné, quelques leaders un peu radicaux commencent à exercer diverses pressions sur les minorités. Les décisions de justices sont étonnamment toujours en faveur des sunnites. La pratique publique des cultes minoritaires est interdite (ce qui n'était pas le cas sous Assad) mais la pratique des cultes minoritaires et tolérée, etc.. Les alaouites sont systématiquement suspectés et n'ont plus accès à certains postes, comme les chrétiens, puis les druzes... sous prétexte que le régime précédent les protégeait (ce qui en fait des complices). Au début, tout les citoyens sont égaux. Après un moment, certains citoyens sont plus égaux que d'autres. Et puis à force d'amendements, de brimades et de précédents judiciaires, on obtient que les membres de certaines communautés deviennent des citoyens de seconde zone. Evidemment, ça veut dire que toute personne au sein de la majorité qui commence à dire que "quand même, hein, c'est pas juste" doit être réduite au silence. Si avec ça on en arrive pas à la dictature pour tous... Mais la dictature de la majorité. C'est ça, le principal. Bien-sûr, l'Europe récupère ses petits soldats démobilisés (mais ça c'est dans presque tous les cas). J'oubliais : la Turquie va bien devoir accepter un kurdistan ; la Syrie et l'Irak sont redessinées pour correspondre à la carte des communautés, qu'on a assez baladée pour que ce soit crédible.
 
Le moins réaliste
Assad gagne grâce à Poutine et Poutine seulement, les autres ayant refusé de lui serrer la pince. L'ONU décrète des sanctions internationales contre les deux pays ; les enfants syriens, ça leur fait une belle jambe. La Russie décrète que fuck l'ONU, l'Iran la suit dans son délire, ainsi que le Grand Kurdistan qui est né de la guerre (ah oui, je n'en avais pas encore parlé des kurdes !). Comme Trump est un facho qui s'en fout de ce qui passe ailleurs et ne veut surtout pas le savoir, il se désintéresse de la chose et la construction de nouveaux murs à droite à gauche lui est un divertissement agréable. Pendant ce temps, les jihadistes désœuvrés cherchent à s'occuper. Echouant à entrer en Russie ou aux USA, ils décident de s'éclater (la tronche) en Europe où la guerre civile se déplace, et on s'en prend plein la gueule dans l'indifférence générale des deux blocs. L'Europe devient le nouveau tiers-monde (au sens historique du terme), l'Asie prend le lead, l'Afrique continue à, euh... continuer, et finalement, c'est tellement glauque que mon pessimisme légendaire va commencer à trouver ça réaliste.

Les pires

Le plus réaliste
La guerre se poursuit pendant encore cinq ans ; la Syrie perd 60% de sa population. Le territoire devient un champ de bataille où chaque nation peut envoyer les assoiffés de baston pour leur éviter de se faire exploser à domicile. A la fin, on finit par avoir la tête d'Assad sur une pique promenée dans Damas entre deux tirs de kalach d'occaz' et le pays reste une zone de non-droit où se dressent des murs, des barrages et des tranchées pendant encore des années. Mais dans toute guerre, un gagnant finit toujours par remporter la partie, même s'il faut pour cela plusieurs tomes ou plusieurs saisons. A la fin, les cartes de la Syrie et de l'Irak sont complètement redessinées en un patchwork communautaire de petits états facilement contrôlables par les Saoudiens, les Qataris et leurs potes euro-américains. C'est le pire schéma pour l'humanité : l'échec du "vivre ensemble", comme on dit poétiquement. Mais c'est sans doute le meilleurs scénario pour les Etats qui ont débuté et qui finiront cette guerre.
 
Le moins réaliste
Daesh gagne. Une théocratie est instaurée et s'étend progressivement vers la Turquie, la Jordanie, l'Iran, le Liban etc.. Les pays concernés construisent des murs à côté desquels la Grande Muraille est un bébé et le Rideau de Fer une construction Playmobil. Mais comme ça ne marche jamais et que de toutes façons le régime fait des émules en dehors de son territoire grâce à Youtube, des attaques se poursuivent dans les pays voisins et lointains pendant que le peuple, à l'intérieur, subit un régime totalitaire qui ferait passer Assad pour Gandhi. Dans le meilleurs des cas, ça s'effondre tout seul après quelques temps. Au pire, ça aurait pu se stabiliser en mode Corée du Nord au bout de quelques années ; mais comme les attaques terroristes continuent, une nouvelle guerre, cette fois totale et implacable, se dessine. Le plus réalistes des pires scénario n'est pas très probable. Dieu merci, une victoire de Daesh paraît assez compromise.
 
 
Le complètement fumé
Un virus d'un nouveau genre est développé par un savant fou à la solde de Assad Daesh Iran Poutine Trump Hitler oh, j'en sais rien, on s'en fout. Le début d'un refroidissement planétaire qui va nous apporter un hiver de cent ans transforme une petite attaque bactériologique en invasion de zombies déferlant sur les villes. Alors forcément, ça calme tout le monde d'un seul coup. Les pays alentours construisent un mur. Mais combien de temps pensez-vous qu'il pourra tenir ? A moins d'un renfort de dragons, on est foutu les gars #WinterIsComing.

Conclusion

Ma préférence personnelle serait que le plus réaliste des meilleurs advienne. Mais on ne vit pas dans le monde des bisounours, et je pense plutôt que les plus probables sont le "réaliste pire", suivi par les "réaliste médiocre" et les deux "réalistes mauvais".
 
C'est ce qui m'a toujours poussé, dès le départ (je me sentais d'autant plus concernée que j'avais voyagé en Syrie peu de temps avant), à être extrêmement sceptique quant à la déstabilisation du régime d'Assad par la violence intérieure et/ou extérieure. Oui, parce que encourager une guerre, tous ces morts, ces personnes déplacées, cette opportunité pour Daesh, en soutenant des factions qui n'ont pas plus d'éthique que les mecs d'en face, tout ça pour en arriver à une situation pire que la précédente (ou équivalente, mais pire puisqu'il y aura un pays à reconstruire), je ne vois pas l'intérêt.
 
Vous allez dire que je n'en sais rien ; je vous dirais que du peu que j'en sais, je ne parierais là-dessus ni ma vie ni l'avenir de mon pays. A plus forte raison la vie et l'avenir des autres. Car je comprends qu'on puisse sacrifier une génération pour la suivante, mais plus ça va et plus je doute qu'il y aura même une suivante pour profiter du merdier qui lui sera laissé.
 
--
Aller plus loin : pour vous faire votre propre idée, vous pouvez faire comme moi et vous amuser à lire la masse des reportages sortis depuis les débuts du conflit qui sourcent l'article de Wikipedia + le bouquin de synthèse de Marc Fromager Guerres, pétrole et radicalisme: les chrétiens d'Orient pris en étau (2015) SALVATOR, qui résume bien les origines de la guerre. Mais si vous voulez faire complètement comme moi, il faudrait remonter le temps pour aller en Syrie quelques mois avant le début du conflit et poser les questions qui fâchent aux Syriens (est-ce que vous aimez Assad ? Vous vivez comment le fait d'être une minorité ? Ça se passe bien avec vos voisins ? Ça fait quoi d'être en dictature ? Vous pensez quoi de la guerre en Irak ? Vous voulez pas qu'on vous amène la démocratie, Facebook et les Mc Do ? etc.).

01/04/2017

Les vampires, exclus du don du sang ?

lunesang.jpgConsidéré comme "population à risque", les vampires n'ont toujours pas la possibilité de donner leur sang.

Une pétition a été lancée à l'occasion de la "lune de sang", une fête importante pour la communauté vampire. Spike*, son auteur, explique : "je veux rendre ce qu'on m'a donné, il m'a toujours apparu que ce n'était que justice". Angel, quant à lui, y verrait "une forme de rédemption".

"On ne devrait même pas nous demander si on est vampire ou pas, ça ne regarde que nous, c'est comme si on vous demandait si vous étiez noir ou blanc avant d'ouvrir un compte en banque", dénonce Jerry, qui lutte contre la stigmatisation. D'autant plus que les vampires aussi, sortent couvert, surtout par beau temps. D'ailleurs, les entreprises bios ont le vent en poupe: "Promouvoir une alimentation saine pour une éco-responsabilité", annonce BioBlood&Co sur son site.

Malheureusement, les vampires sont considérés dans tous les pays comme une population à risque. En cause, leur mode d'alimentation très particulier. "De toute façon il ne reste que très peu de vampires de nos jours", expliquait notre expert scientifique, le Dr Henry Castafolte à notre reporter. "Pour la plupart ils sont morts du Sida dans les années 80", explique-t-il, "en matière de suceur de sang, vous devriez plutôt vous inquiéter des moustiques ; eux n'ont pas besoin d'invitation pour entrer".

Le président du collectif, en déplacement dans les Balkans, a bien voulu répondre au téléphone : "plus personne ne nous prend au sérieux depuis que les gens racontent qu'on brille au soleil", s'est agacé le Comte D. qui assure s'être "occupé" récemment de la responsable de cette rumeur "sans fondement". "C'est pour ça que nos revendications ne sont pas entendues", a-t-il conclu.

Espérons que leur cause sera entendue.

*Dans l'intérêt de nos correspondants, tous les prénoms ont été modifiés

Attention, cet article est un hoax qui n'a d'autre but que de faire rigoler un bon coup.

02/12/2016

[SPOILER] Fantastic Beasts: Is Ariana An Obscurus?

images.jpgAriana Dumbledore, an Obscurus? Now, let's talk about that big new theory

Like many fans, I shared that belief at first. Not anymore. Because there is always a flaw in the plans we make after starting a new J.K.R. story, and today, I am not so sure anymore this one works.

Obscurials usually don't live after 10 and Ariana died at 14. Not a problem: we who watched the Adventures of Newt Scamander, we know that some of them can. It's very rare, but it happens.

So far, nothing wrong with the "Ariana-is-an-Obscurus" story.

Now let's come to the reason of my doubt: Grindelwald was so sure the Obscurial was under 10, and so obviously surprised when he realised it was Credence. Obviously, he never imagined a child could survive that long... He met Ariana. He's clever. He knew the Obscurus he was tracking in New-York was very powerful, therefore, probably, a bit special. If really Ariana was an Obscurial, he would have considered the possibility, wouldn't he?  And yet, it seems he didn't!

Ariana might have been an Obscurial for what we know... Or not. But if she really was, and if indeed Grindelwald knew, then it highlights a little lack of self-consistency.

Since when are J.K.' stories not consistent? And even more, since when is J.K. unveiling her big plans on the very first chapter of a saga? Let's trust her to clear up everything in the end... I bet it won't be that simple nerds!

30/11/2016

[RAPPEL] Ces trucs pornos qu'on diffuse quand même...

- Ces images sont accessibles aux mineurs ! #Scandale

- Mais oui madame, et c'est peut-être grâce à votre partage public sur Twitter qu'un mineur pourra les voir aujourd'hui.

On voit de temps en temps fleurir sur nos réseaux sociaux des "trucs pornos" : images, textes... Récemment, c'était un film d'animation avec une saucisse baisant un hot-dog (entre autre), ou encore un court extrait d'un livre que l'éducation nationale proposerait aux adolescents (j'emploie le subjonctif car je n'ai jamais vérifié : ma réaction à ce genre de lecture  - pour être clair, c'est du porno - est d'abord de fermer mon navigateur et de réfléchir à mon rapport aux réseaux sociaux...)

De nombreux acteurs de la société entendent pourrir l'âme de nos gosses. Ce n'est pas une raison pour les laisser pourrir mon âme à moi, ou celle de mes amis. Je ne vois pas bien en quoi partager ouvertement, sans aucun message d'avertissement, des récits ou des images pornographiques aussi brefs soient-ils fera grandir la pureté dans le monde.

C'est très bien de lutter pour alerter les consciences. Encore faut-il le faire à bon escient. Vous n'avez que des contacts majeurs ? Bien. Vous sélectionnez les contacts auxquels vous laissez voir certaines publications ? Permettez moi d'en douter puisque je vous ai lus. Et je ne parle pas de Twitter... Si votre profil n'est pas fermé, vous ne contrôlez rien du tout.

Et vous ne me connaissez pas. Je pourrais être mineure. Ou avoir une sensibilité particulière : être addict au porno (c'est bien plus fréquent qu'on ne le pense) ou avoir été traumatisée par un de ces jeux sexuels auxquels les ados se soumettent, beaucoup trop, de plus en plus, et aucune classe, caste ou communauté n'est épargnée. Les blessures liées à une mauvaise expérience de la sexualité sont désormais trop fréquentes pour que le sujet soit abordé avec autant de légèreté (lisez Thérèse Hargot, c'est édifiant et tristement vrai).

Stop.

Aussi, j'ai pris la décision d'effacer de mes murs chacun de mes "amis" qui aura mis sous mes yeux un récit pornographique, quitte à passer pour une coincée. C'est pas bien compliqué nom d'un chien de mettre un lien vers le texte dénoncé en prévenant ! Mais je vois bien le désir de choquer, de scandaliser pour provoquer la réaction attendue : faire participer à une campagne de lobbying pour améliorer les choses. Échec. Si les moyens ne s'accordent pas à la fin, laissez tomber...

Amis internautes, vous n'êtes pas cohérents. Laisseriez-vous votre enfant lire ce paragraphe ? Si non, alors pourquoi vous mettez-vous en situation de le faire lire par ceux des autres ? Vous utilisez l'Anneau pour détruire Sauron. Autrement dit, vous utilisez le mal pour combattre le mal. Solution de facilité. Avec des dommages collatéraux et un résultat incertain. Alors quoi, on peut se permettre quel pourcentage de pertes ? Vous avez des chiffres peut-être ?

Si vous ne comprenez pas bien encore, vous trouverez ici un argumentaire rédigé à l'époque où tout le monde partageait des photos de cadavres... Ces images de merde qu'on diffuse quand même.

_______
PS : Oui, je suis énervée, parce que je m'adresse à des gens dont j'attendais vraiment un peu plus de jugeote, et pas à des ados de 15 ans. Vos publications Facebook ou Twitter ne sont pas des livres ou des films qu'on peut choisir de ne pas voir. Je suis libre d'ouvrir Game of Throne, de le fermer, de sauter la scène que je sentais venir depuis trois paragraphes : vous, qui avez partagé ce texte et à qui je faisais autrement plus confiance qu'à G.R.R Martin, ne m'avez laissé aucun indice quant au contenu du paragraphe que vous partagiez. Paradoxal, n'est-ce pas, qu'un écrivain agnostique respecte plus ma liberté qu'un catholique très respectueux de la Doctrine, de la Sainte Tradition et de la Morale ! Vous n'avez pas à vous excuser à mon égard, parce que vous ne m'avez pas personnellement blessée ; je ne regarde pas de porno et je n'ai pas été abusée dans les toilettes du collège. Mais j'étais au collège il y a longtemps, dans un autre siècle, un autre millénaire (après j'étais au lycée ^^). Nous partageons tous la responsabilité des plus fragiles, qui ne sont pas toujours ceux que l'on croit, et je pense de ma responsabilité de péter un câble aujourd'hui.