Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/07/2017

Epitaphe pour Doctor Who

Quelqu'un qui ne veut pas se faire spoiler très gravement sur la prochaine saison devra passer son chemin.

Les limites anciennes doivent être brisées pour que l'humain soit libre : quelqu'un qui est homme peut devenir femme sans que cela ne change rien à la dynamique de sa vie. Si Diane avait eu une identité masculine et Mercure une identité féminine, cela n'aurait rien changé à la mythologie grecque. Gandalf, s'il était là, dirait dans un sourire que celui "qui brise une chose pour découvrir ce que c'est a quitté la voie de la sagesse". Réjouissons-nous ! On a mis à bas ce mur : on va voir ce qu'il y a derrière.

Dommage, du haut de la tour, je voyais la mer...

D'autres expriment leur colère de manière plus radicale : un nerd de 17 ans m'envoie ce texte, qu'il aurait peut-être destiné au bac de français s'il en avait eu l'occasion. Le ton est assez cash et je me suis permis de remodeler certains passages (en noir). La réaction n'en est que plus intéressante, notamment par sa conclusion.

Depuis 1963, Doctor Who était le plus bel échantillon de série SF qu’on puisse imaginer. Doté d’un univers sans limite, DW était aux jours glorieux un OVNI emblématique de sa patrie britannique. Certes il y eu des difficultés, certes la série dut s’interrompre, mais c’était pour mieux recommencer il y a douze ans de cela, sous les meilleurs auspices. C’était le bon temps : Russel T Davies était aux commandes, Tennant était dans son TARDIS comme un poisson dans l’eau…

Et puis Moffat vint.

Au début, il affichait un visage bienveillant et proposait un travail tout à fait convenable… Mais peu à peu, on ressentait que Doctor Who était ‘sa’ série, son outil, son précieux : il avait tout simplement supprimé l’existence même de DW en tant que fin, pour n’en faire qu’un moyen comme un autre, un prétexte à l’expression de ses délires timey whimey divers. Désireux de mettre son nouveau jouet au service de grandes causes égalitaires (au-delà de nombreux choix scénaristiques certainement contestables mais n’étant pas le sujet du présent texte), il commença à prostituer le Docteur auprès des LGBTQXKWZGHDAJN et autres féministes bisounoursoïdes [de diverses communautés], leur donnant de plus en plus de gages de sa soumission (je ne cite pas d’exemples précis, désireux de ne pas souiller la mémoire du défunt Docteur, mais je n’en pense pas moins). Il est d’ailleurs surprenant que Moffat tombe dans ce travers dont jamais n’avait été atteint Davies, pourtant gay friendly comme nul autre [étant donné qu'il est homosexuel et connu pour son apport au cinéma gay], mais qui empli de respect pour DW, n’a jamais voulu en faire un instrument de revendication.

Dès lors qu’on considérait Doctor Who comme un moyen de dispenser à chacun un discours sociétal moralisateur, toutes les dérives étaient permises…

A noter que, en choisissant librement alors d’enrôler Doctor Who dans le cadre de débats de société clivants, la production de DW excluait certaines sensibilités politiques de son audimat par la stratégie du « convertissez-vous où partez » : je ne pense pas être le seul à avoir remarqué les nombreuses piques moralisatrices de Moffat à l’attention de ceux qui ne pensent pas comme il le voudrait (ah là là, qu’ils sont vilains !) [On pourrait accuser les féministes des choix présents ; ce serait oublier leur malaise après Kill the Moon en saison 33 8. L'instrumentalisation en elle-même finit toujours par se révéler un problème aux yeux de tous].

Moffat s’en va. Le spectre de ses idéologies reste. La nouvelle est tombée hier: le Docteur sera une Doctoresse. Cette décision en elle-même est déjà hautement contestable : il a déjà été évoqué par certains l’importance de l’aspect paternel du Docteur [c'est dans la Corbeille], ressort psychologique clé de la série (donc je ne reviens pas outre mesure là-dessus).

Deux causes peuvent justifier cette décision : au mieux, ce n’est que le choix de succomber à un effet de mode (décevant tout de même, pour une série supposée dépasser le temps lui même)… Au pire, il s’agit de l’aboutissement du détournement pernicieux de Doctor Who dans une visée militante, au service ici de l’idéologie questionnée et source de débats qu’est celle du genre (la notion d’homme et de femme ne serait que pure construction sociale, les deux seraient donc identiques et interchangeables). Si c’est consciemment dans cette visée qu’en ont décidé ainsi les grands pontes de la BBC dans la droite lignée des torts Moffatiens, ils ont oublié totalement la finalité première de la série durant les cinquante dernières années (pas si complexe à comprendre, pourtant): le divertissement pur et simple, innocent, sans arrière pensée.

Ainsi, l’image qui, dans notre inconscient, faisait du Docteur une figure paternelle à nos yeux, est brisée par un clientélisme contestable auprès de revendications diverses. Lui qui semblait éternel malgré ses régénérations, figure rassurante d’un protecteur constant, verra une partie intrinsèquement inaltérable de sa personne changée. Les plus abrutis dansent ce soir sur son cadavre (quel grand bond en avant pour cette série qui était jusqu’alors rétrograde voire intégriste !), insultant ceux (ces salauds de fascistes, réminiscences débiles d’un âge sombre et patriarcal) qui osent critiquer cette décision ancrée dans un progrès social illuminé et glorieux.

Le joujou de Moffat n’a-t’il pas été cassé par ce gamin imprudent ?

Moi-même je m’interroge : regarder la série en vaut-il encore la peine sachant qu’une part non négligeable de son identité aura été perdue ? Si Doctor Who n’est plus qu’un outil d’expression politique, pourquoi devrais-je encore m’y intéresser ? Je n’ai nul besoin de voir les revendications des uns et des autres devenir un twist majeur de mes séries préférées, enrobées d’un de ces scénarios mièvre qu’on a vu apparaître de plus en plus… Pour conclure cet épitaphe du Docteur en forme (peut-être un peu trop, mea culpa) de fusillade contre ses assassins, une petite phrase extraite du téléfilm An Adventure in Space and Time (sur les origines de la série, à voir) : « We can’t have Doctor Who without Doctor Who… »

Il y a au moins une bonne nouvelle dans tout ça : en ce jour, Game of Thrones reprend du service, et Westeros (ses joyeux massacres, ses bordels si affriolants) est un monde si peu moral qu’au moins, les producteurs de la série ne risquent pas d’avoir la prétention de nous expliquer ce qui est bien et ce qui ne l'est pas.

Vale Doctor, on a eu des bons moments !

Écrire un commentaire