Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/07/2017

Hosties sans gluten : le loup sort du bois

Donc, l'histoire, c'est que le Cardinal Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin, a rappelé que les hosties sans gluten ne peuvent pas être utilisées pour la Messe. C'est en tout cas ce qu'Aleteia a retenu, avec la finesse qu'on lui connaît, de la Lettre circulaire aux Evêques sur le pain et le vin pour l’Eucharistie, qui vient de paraître.

Evidemment, de même qu'on peut naturellement résumer la théologie de la liturgie en un gros-titre choc livré en pâture aux fins théologiens et hommes de lettres et d'esprit qui sont seuls admis à publier sur Facebook, il y a matière à scandale.

Quid de l'intolérance au gluten ? De la maladie cœliaque ou de krohn ? Et le risque de cancer, ils y ont pensé ? Les malades et les croyants soucieux de leur santé seraient-ils privés de communion, sans pour autant qu'il n'y aie faute de leur part ? Je n'ose le dire (1) : qu'on refuse la communion aux divorcés (2), je veux bien l'entendre (3), mais qu'on empêche quelqu'un qui n'a RIEN FAIT de contraire à cette morale obsolète de communier, c'est tout bonnement dégueulasse. Vous voyez bien, qu'en fait de justice, il n'y en a pas. Vous voyez bien, que cette prétendue morale est seulement un tissu de vieux rites poussiéreux qui écrasent l'Homme au lieu de le mener vers Dieu. On vous l'avait bien dit ! Vous ne nous croyiez pas, et bien maintenant, vous l'avez, l'évidence. Elle vous crèverait les yeux si elle avait des cornes.

Il s'avère qu'une amie a un proche concerné. Même le peu de gluten que comporterait un quart d'hostie, pris seulement une fois par semaine, peut être très dangereux pour sa santé. Cette personne communie donc sous l'espèce du vin, sur le côté de l'autel, après la communion du prêtre et juste avant la communion des fidèles (au moment où ceux qui vont donner la communion communient eux-mêmes, le cas échéant : pas de coup de projecteur sur cet humble fidèle). Cela n'a jamais présenté le moindre problème d'organisation (bien-sûr, le prêtre est prévenu).

Evidemment, faute de source d'information, on ne peut pas connaître les solutions pratiques que les personnes concernées ont mis en œuvre.

Et puis d'ailleurs - et puis surtout - il est bien plus intéressant, plutôt que s'appuyer sur des cas réels pour faire le tour des solutions pratiquées à un problème ponctuel, d'en profiter pour tout simplement arrêter d'imposer une liturgie à qui que ce soit. Faisons de ces soucis de santé une opportunité pour laisser chaque assemblée de fidèles décider de ce qu'elle veut faire le dimanche. D'ailleurs, pourquoi du pain de froment, pur et azyme ? Serait-ce uniquement parce que Jésus avait cela sous la main il y a 2000 ans ? Mais enfin, il aurait été en Chine, il aurait utilisé des chips de riz ! Tout ça, c'est un moyen d'asservir le fidèle avec des queues de cerise qui se font des nœuds aux cheveux coupés en quatre.

Et au fond, il est là, le débat. Pourquoi accepter le joug de la tyrannie cléricale ? Si l'on se décidait une fois pour toute à abandonner cette conception totalitaire - n'ayons pas peur des mots (4) - qu'est la liturgie, non seulement les personnes allergiques au gluten pourraient communier, mais surtout (et c'est là qu'est le véritable progrès), l'Eglise Catholique embrasserait enfin la Réforme dans ce qu'elle a de plus pur : la liberté !

Vive Calvin, à bas la dictature du Vatican !

----

PS : pour se faire une idée moins caricaturale de la Lettre, il suffit de la lire ;
PPS : ce que j'ai fait...
PPPS : mais j'aime bien troller.

----

(1) Je me retiens sur Facebook, mais rassurez-vous, je me lâcherai dans un commentaire sur le site de Golias, quand on sera entre laïcs éclairés.
(2) Omettons le mot remarié, histoire d'amorcer le sentiment d'injustice que mon propos vise à établir.
(3) Je suis en train de me donner l'air conciliante pour avoir l'air plus ouverte au débat, mais je suppose que vous l'avez remarqué.
(4) Mais bon, si je n'en avais pas peur, c'est le mot fasciste que j'aurais employé.

Commentaires

Et les personnes opérées du larynx, ou qui ont une SEP avancée, qui ne peuvent rien avaler, on les oublie ? C'est honteux. Je vais militer pour qu'on puisse mixer des hosties, les diluer convenablement, et les passer par gastrostomie, ou directement en intraveineuse. Sinon ce serait trop discriminant, n'est-ce pas ?

Écrit par : Marie-Cé | 18/07/2017

Écrire un commentaire