Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/10/2015

Ces images de merde qu'on diffuse quand même.

Je crois qu'on est quelques-uns à le penser alors je vais le dire haut et fort. Le coup de partager une image de merde malsaine pour la dénoncer, tout le monde l'a déjà fait, et ça m'est aussi arrivé plein de fois. Jusqu'à ce que je constate un jour qu'il y avait un paradoxe potentiellement cataclysmique quelque part (attention, sarcasme):

- Une caricature hyper blessante ? Hop, je partage. Plus il y a de gens scandalisés, moins il y aura de caricatures scandaleuses, tout le monde sait ça.

- Une photo que je pense être de la pure propagande ? Hop, je partage. C'est important, de donner de la visibilité à la propagande : ça lui évite de marquer les esprits.

- Une image pire que suggestive et carrément dégradante ? Hop, je partage. Je pars du principe qu'il n'y a pas de place pour les personnes fragiles dans mes contacts Facebook ou Twitter.

- Un truc laid et  moche que certains appellent de l'art ? Hop, je partage. Pour donner au gens le goût du beau, il faut permettre au laid d'avoir un maximum de notoriété.

- Une photo ou un film faisant l'apologie du terrorisme ? Hop, je partage ! Nos amis terroristes diffusent leurs exploits pour nous aider à informer la planète, c'est bien connu !

Normalement, vous avez un bon anti-virus. Ouais. Jusqu'au jour où. Les mises à jour ne suivent pas toujours. Faites gaffe au cheval de Troie, aussi, vous vous croyez à l'abri et hop... On attend encore l'Avast spirituel qui mettra à jour la base virale VPS de votre âme avant chaque tentation.

Un jour Jésus a dit "vous êtes l'Adblock de votre prochain" ou alors c'était Gandhi ? Bon, d'accord, c'est une fausse citation, ce que je veux dire, c'est qu'avant de partager une image, on pourrait d'abord la passer au crible des trois tamis. Est-ce que c'est beau ? Si non, est-ce que c'est vrai ? Ou au moins, est-ce que c'est utile - ou plutôt, à qui est-ce utile ?

Si cette image a été conçue avec l'intention de corrompre, de dégrader, de scandaliser, de stigmatiser, de terrifier ou de mettre en colère, elle risque fort de ne pas passer le test. 

Quand on y pense, il est toujours possible d'informer dans le respect du prochain. En floutant, décrivant, mettant un lien avec un avertissement... Parce que nos contacts facebook ou twitter ne sont pas tous des surhommes, invulnérables et insensibles. Pas plus que nous ne le sommes.

Les commentaires sont fermés.