Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/08/2014

Le CSA et la trisomie: non, la société n'a pas tort.

La réaction du CSA à la diffusion de la vidéo des enfants trisomiques est en fait une défense parfaitement logique de notre société moderne.

Communiqué du CSA:

trisomie.jpg"Dans le cadre de ses missions, le Conseil ne cesse de soutenir toute initiative de lutte contre la stigmatisation des personnes handicapées et en faveur de leur insertion dans la société. A ce titre, il encourage l’ensemble des médias audiovisuels à donner une image profondément respectueuse de leur vie personnelle et sociale.

Concernant le message «Chère future maman» qui met l’accent sur les possibilités offertes grâce à leur entourage aux enfants trisomiques, le Conseil n’a nullement entendu gêner sa diffusion à la télévision. En effet, il a constaté que ce message présente un point de vue positif sur la vie des jeunes trisomiques et encourage la société à œuvrer à leur insertion et à leur épanouissement. 

Cependant, le Conseil a observé au vu de plaintes que, pour autant, ce message était susceptible de troubler en conscience des femmes qui, dans le respect de la loi, avaient fait des choix de vie personnelle différents. Il s’est borné à en tirer la conséquence que son insertion au sein d’écrans publicitaires était inappropriée."

Pourquoi une mère d'enfant trisomique avorte? Pas parce qu'elle veut faire carrière ou finir ces études, non. Parce qu'elle a peur pour son enfant. Peur de la souffrance physique et aussi de la souffrance psychique; du regard qui rejette. Je suis sœur d'handicapé, je connais. Et c'est sûr qu'on se sent très mal assez souvent, quand on se balade en public avec un handicapé (mental). Ne nous mentons pas. La famille n'est plus invitée comme avant, on se fait jeter des bars ou des restaurants, on se fait insulter (oui, oui).

Alors, quand cette femme qui a avorté voit que certains ont réussi à surmonter ce rejet, que certains se battent pour une société plus aimante, qui accepte mieux les handicaps, elle se demande si son enfant n'aurait pas pu être heureux, lui aussi. Elle se demande aussi si la société ne lui a pas menti en lui présentant un avenir irrémédiablement sombre. Si elle n'aurait pas pu lui donner la vie, et une vie heureuse. Si toute cette douleur traversée au moment du choix, n'aurait pas pu être évitée. Ou au moins, n'être qu'un passage difficile pour plus de joie après.

Et elle culpabilise. Donc, c'est normal, elle se révolte. Comme une veuve se révolterait d'entendre dire qu'il existait un traitement contre le cancer de son mari. Elle commencerait par insulter celui qui lui a ouvert les yeux... Le déni, c'est la première étape du deuil. Et c'est souvent la seule, quand le deuil même est dénié. Alors ne vaut-il pas mieux cacher à ceux qui ont fait un choix douloureux que peut-être, ils auraient pu en faire un autre ?

Oui, mais il y a un problème: aujourd'hui, c'est une vidéo qui éveille la culpabilité. Mais demain, ce sera une famille dans un jardin public; un enfant croisé dans la rue; une amie qui a fait un choix différent. Et on n'osera plus être heureux de nos choix pour ne pas culpabiliser ceux qui sont malheureux du choix inverse. Parce que le sentiment de culpabilité est toujours là, sous-jacent, dénié, et n'attend qu'un prétexte pour revenir en force.

Mais le gouvernement a choisi: plutôt que d'éviter l'épidémie de culpabilité (pour une faute que la société toute entière porte et non les mères qui avortent), évitons le révélateur. Plutôt que de lutter contre les causes, effaçons les preuves du méfait. Puisqu'on a poussé certaines à faire le mauvais choix, tout le monde doit être logé à la même enseigne.

Non, la société n'a pas tort, oui, l'avortement des enfants trisomiques est la meilleure solution, non, celles qui ont avorté d'un trisomique n'ont pas à regretter leur décision. Parce qu'il n'y avait rien d'autre à faire. Et on va continuer de vivre sur ce doux mensonge.

C'est sûr qu'avec ça, la société se portera mieux.

Commentaires

tres belle "pub" pourtant. En réalité tout ça me rappelle l'amour de Dieu pour moi pécheur, bien constitué mais trisomique a l'intérieur, alors cet "autre", ce trisomique, c'est un APPEL a laisser dieu nous aimer et pourvoir.
Mais dans une société qui a rejetté Dieu comment s'étonner que ce débat là resurgisse ?
LEs disciples demandaient a Jésus pourquoi cet homme est-il né aveugle, est-ce sa faute ? Jésus a répondu que non, c'est pour glorifier Dieu... de l'amour dans nos vies, évidemment !
Bien a vous,

Écrit par : benjamin | 25/08/2014

Les commentaires sont fermés.