Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/07/2014

St Paul 21: le contexte tue-t-il le texte ?

Episode précédent - Tous les épisodes

Et voilà, c'est la fin. Vous pouvez retrouver les 20 paragraphes sur la lettre aux Corinthiens ici : http://lacorbeilleapapier.hautetfort.com/st-paul-vous-parle-du-mariage.html#center

Un petit mot pour conclure:

Malgré le recul que donne la contextualisation de la lettre, les recommandations de Saint Paul ne sont-elles pas toujours valables? D'une part, certes, le Christ qui ne nous a jamais quitté n'est pas encore définitivement revenu comme on l'attendait aux premiers temps. Mais nous sommes toujours désireux d'aller vers Lui, et l'union au Christ est toujours la préoccupation majeure d'un chrétien (et au fait, "Il reviendra dans la gloire pour juger les vivants et les morts et Son règne n'aura pas de fin" je vous la fait en latin ? Oui? Non? Aller: Et iterus venturus est cum gloria, judicare vivos et mortuos, cujus regni non erit finis! Et ben c'est toujours d'actualité... et on y croit même que c'est dans le Credo)

D'autre part, les exigences qui découlent de cette préoccupation rendent le mariage mixte délicat – même si pas plus impossible qu'à l'époque. Le risque de division est toujours présent, du fait aussi que la vie chrétienne est souvent incompatible avec les mœurs maintenant courants dans nos sociétés, ainsi qu'il y a 2000 ans. On peut se marier entre chrétiens ; mais la diminution de la pratique religieuse tend à faire des chrétiens une minorité, également comme à l'époque. D'autre part, ce que je dis là vaut pour la France et les sociétés occidentales anciennement christianisées. La situation des pays où le christianisme a toujours été minoritaire est aussi proche de Corinthe ou de Rome au premier siècle ; la persécution, donc la klipsis avec son cortège de dénonciations et de trahisons n'a pas disparu de ce monde.

Saint Paul ne donne pas seulement une suite de règle à observer : par son étude du cas par cas, il permet d'expliquer la ligne directrice de son propos, à partir de laquelle nous pouvons réfléchir à notre tour au comportement à avoir dans des situations qu'il n'avait pas prévues à l'époque. L'écriture dans un contexte donné ne retire donc rien à la justesse de son raisonnement. Cette ligne directrice est de fait relativement simple : nous ne pouvons pas adopter un comportement qui va à l'encontre de l'union au Christ. Saint Paul ne parle pas de « vocation », donc d'appel spécifique à un état de vie donné, dans sa lettre. Il suggère simplement de se laisser guider, acceptant ce qui nous est donné de vivre non comme un cadeau, mais comme la voie de sanctification que le Seigneur nous offre dans Son désir de nous unir à Lui.

Et pour finir en latin (ça nous changera du grec) je laisse conclure un grand monarque, le Roi Loth d'Orcanie : "Audi panem quid meliora! ça veut rien dire, mais je trouve que ça boucle bien"

Je vous salue bien.
images?q=tbn:ANd9GcSOPt7nXMBR2jAG4BZCfxc6rg-q-NDIO74EzGlBJSroDMPwCQe5

Les commentaires sont fermés.